IAROSS

BIOGRAPHIE

APNÉE

19 novembre 2021

[ LABEL FOLIE / TERRE FERME ]

Iaross , un nom qui sonne pour ce trio bien incarné ! Un nom qui raccourcit celui de Nicolas Iarossi, mais qui l’augmente en un groupe… Avec ce nouvel album Apnée, ces trois-là brodent des costumes pour l’incarnation. Dans l’esprit de la maison depuis 2008.

La voix et les textes passent entre les mailles pour rehausser l’attention portée à ce bel ouvrage, stimuler l’esprit et l’accompagner vers la brèche. En terme de références, on peut chercher vers le grain de Babx, la profondeur des sols pensés et portés par Allain Leprest, la délicatesse efficace de Dominique A période rock…

Le versant musical pose les décors dans le même sens de la mesure. À eux trois, ils composent et tissent du solide, entre le violoncelle et la basse de Nicolas Iarossi, la guitare et les claviers de Colin Vincent, les percussions de Julien Grégoire.
L’organique poétique est irradiée par les additifs synthétiques apportés par ce dernier arrivé dans la bande. Le power trio prend ici un nouveau tour !

Avec ce nouvel album, Iaross trouve un exutoire à l’apnée des temps modernes.
La respiration exulte avec la pensée, une évidence dans Pantins : si l’on ne se sent pas maître de son destin, on peut se laisser porter par lui grâce au souffle chaud d’un tango mâtiné des caresses électriques d’une guitare à la Tom Waits.
La rythmique pure et métronomique ouvre la voie à la scansion du texte dans Barbarie, avant que samples et effets ne s’invitent pour que s’étalent devant nous « des champs de lumière ».
C’est dans ces moments là que l’on n’a plus peur de Demain, une courte parenthèse qui frappe au coeur et rappelle l’importance de l’art quand « parfois les mots ça suffit pas ».
Le trio parvient également à prendre un monument de chanson comme La mémoire et la mer pour poser avec douceur sa patte sur l’épaule du père Ferré.
Ce que le titre de ce nouvel opus énonce clairement, c’est qu’il a été pensé dans sa globalité. Il n’est pas éponyme d’une de ses chansons. L’attention à l’image est plus que sensible : celle de l’album avec cette peinture en pochette, ou celle du live avec une nouvelle approche sur la scénographie et les lumières.

A L’ÉCOUTE

KIT MÉDIA

BIO – PHOTOS – VISUEL

INFO CONCERT

FACEBOOK